qu’est-ce-que la liberté, là, maintenant, sans conditions ?

Aux Enfants Perdus de la Republique

.

Alors voilà

.

.

.

Le problème n’est pas ne parler que de soi

le problème n’est pas que toute révoution finit mal

le problème ne’st pas l’avant dernier verre

le problème

est

que

aujoud’hui

il n ‘ y en a pas

un

qui ait Une Idée

digne d’etre appellé telle.

Donnez moi un corps

inventez un concept

créer notre science fiction sentimentelle

n’est rien

si

autour de toi

tout se crée

à partir du rien

il faut la brisure des vases

et milles petits recommencements

qui brulent

un petit idéal

quelqu’un a allumé la flamme

tenue

petite

faible

qu’un seul tienne

au fond de la taule

et les autres suivront,

prennant le flambeau

et

finalement

Thomas Muntzer

a un petit rire de joie

« OMNIA SUNT COMMUNIA

FIGLI DI CANE »

je parle pour les schizo

les analphabetes

les amoureux

les enfants

les drogués

les riches et les pauvres

les lambda

le boulanger d’en bas

qui est

plus sexy que

Robert Pattinson

je ne parle que de moi meme

mais

en partant du cosme

ensuite

la terre

ensuite

la france

ensuite

Rhone Auvergne Alpe

enuite

Lyon

ensuite

la Guill

ensuite

ma petite chambre

que ces derniers temps

n’est qu’un matelas

du sucre

JE, TU , IL, ELLE

tORIN

BALUN BALUN

QUALCUNO SA perché

Liberté est

partecipazione

nessuno escluso (o quasi)

few of us

and

we

are

separate

dejouer l’attente

danser le chaos

aimer encore et encore

passionnement

se donner

completement

sans attaches

à l’idée

plus elevé que l’on

a

de l’Autre

et de Soi Meme


.

MARX- LACAN – NEGRI > Police de la pensée

FREUD à bruler

tout foirer encore (depuis toujours on le sait que les revolutions, çA finit mal)

mais

en s’amusant

beaucoup

#si çA danse pas c’est pas mon insurrection

#Art? je sors mon carnet de chèque

vive les anarchistes russes de la fin du XIX ème

riprendere il filo dei pensieri là dove è stato perso

le fil d’Ariane

dans il labirinto della Metropoli

Fil Film Fils

enfanter chaos

et

insurrection

à chaque scission

d’atome

TAVOLA PERIODICA

DELLA VITA

GIOCARCI COME UNE PARTI D’éCHEC

ON DESIRE PAS UN HOMME

MAIS une courant d’air dans le dos

en le lisant

un peuple qui vient vous habiter

en le regardant dans les yeux

D’etre une sale pute je suis trop fière

Aux Enfants Perdus de la Republique

A Madame Thomas et Madame Hauck

et son époux

Mathieu Burnel

PUTES DE TOUT LE MONDE UNISSEZ VOUS

Putes du Monde entier Unissez vous

Putes DE TOUS LES PAYS

et sauvez nous des petites bourges appellistes suisses framande royannaises bordelaises etc etc etc etc

PUTTANE DI TUTTO IL MONDO UNITEVI

Ensuite il y avait le travail politique

que si c’est pas nous

vous jamais

ou à la lilmite

au service de la DGSI

ET DE VOTRE COEUR

https://nyc.metrograph.com/film/film/1521/ici-et-ailleurs-godard-in-america

I wonder RB Enigma

Aux Enfants Perdus de la Republique

A Mathieu La Gang des Thriller Poetes

à Dr. Raphaël Baldaya

« P.S. : étant donné l’intérêt que vous avez exprimé dans votre dernier e-mail, je serais ravi de pouvoir vous offrir un exemplaire dudit ouvrage (NON, MERCI) lors de mon prochain séjour en pays rouennais. Je me per- mets de vous proposer à l’occasion un apéritif dans ma résidence dite secondaire qui reste malgré mes années à Paris la première de mon coeur (Avec Plaisir Monsieur Baldaya). »

Il faut se donner à soi meme et se preter aux autres

Je voudrais bien me preter à votre corps le temps de quelques heures, si jamais

.

.

I wonder how many times you’ve been had
And I wonder how many plans have gone bad
I wonder how many times you had sex
I wonder do you know who’ll be next
I wonder I wonder, wonder I doI wonder about the love you can’t find
And I wonder about the loneliness that’s mine
I wonder how much going have you got
And I wonder about your friends that are not
I wonder I wonder, wonder I doI wonder about the tears in children’s eyes
And I wonder about the soldier that dies
I wonder will this hatred ever end
I wonder and worry my friend
I wonder, I wonder, wonder don’t you?I wonder how many times you been had
And I wonder how many dreams have gone bad
I wonder how many times you’ve had sex
And I wonder do you care who’ll be next
I wonder I wonder, wonder I do

Dear Benjamin Boudart,

Je voudrais vous inviter

danser

avec

moi

dans la résidence de mon coeur

qui se trouve

n’importe où

se trouve

votre

aimable

personne.

Votre

Marquise Françoise Edith de Merteuil

aka

Elisa

moi je danse comme çA

(des autres JE M’EN FOUS )

Cours de Cinéma n.1

Aux Enfants Perdus de la Republique

let’s just be clear, I wouldnt settle for nothing less

A Question of Marriage

M-« I thought you said you were broke …you are good, you’re awful good…I’d

F- Who was the Girl Luis ?

M- What Girl?

The one who left you with such a high opinion of Women.. She must have been quite a girl…you think I lied about this don’t you

Le glamour de Grace Kelly en 50 photos d'exception | Vanity Fair

M- I am sorry Slim

You wouldnt take anything from anybody, would you ?

That’s right

Sometimes I know exactly what you are going to say… most of the time…

the other times you are just a stinker

wHAT DID YOU DO that for ?

wondering whether I like it

What’s the decision ?

Anna Karina dans Vivre sa vie © Les Films de la Pléiade - Olivier Père

I don’t know yet

It’s even better when you help

You know you dont’ have to act with me Luis

you dont’ have to say anything

you don’t have to do anything

not a thing

maybe just whistle….

do you know how to whistle ?

You just put your lips together and blow

A Question of code dress

…..

..

.

.

Dear Mr Chalamet,

woud you lie to have dinner with me in Milano ?

La finestra sul cortile e il cruciale guardaroba di Lisa/Grace Kelly nel  saggio di Mauro Marchesini | duels
Milano Via Gola

so as to convince you quite unattainable personality

Ingrid Bergman to Rossellini

Casablanca , le film romantique intemporel qui aborde les grandes questions

Dear Mr. Rossellini,

I saw your films Open City and Paisan, and enjoyed them very much. If you need a Swedish actress who speaks English very well, who has not forgotten her German, who is not very understandable in French, and who in Italian knows only “ti amo,” I am ready to come and make a film with you.

Ingrid Bergman



Dear Mrs. Bergman,

I have waited a long time before writing, because I wanted to make sure what I was going to propose to you. But first of all I must say that my way of working is extremely personal. I do not prepare a scenario, which, I think terribly limits the scope of work. Of course I start out with very precise ideas and a mixture of dialogues and intentions which as things go on, I select and improve. Having said so much, I must indeed make you aware of the extraordinary excitement which the mere prospect of having the possibility to work with you, procures me.

Some time ago . . . I think it was at the end of February last, I was traveling by car along the Sabine (a region north of Rome). Near the source of the Farfa an unusual scene called my attention. In a field surrounded by a tall barbed-wire fence, several women were turning round just like mild lambs in a pasture. I drew near and understood they were foreign women: Yugoslavs, Polish, Rumanians, Greek, Germans, Latvians, Lithuanians, Hungarians. Driven away from their native countries by the war, they had wandered over half Europe, known the horror of concentration camps, compulsory work and night plunder. They had been the easy prey of the soldiers of twenty different nations. Now parked up by the police, they lived in this camp awaiting their return home.

A guard ordered me to go away. One must not speak to these undesirable women. At the further end of the field, behind the barbed wires, far away from the others, a woman was looking at me, alone, fair, all dressed in black. Heeding not the calls of the guards, I drew nearer. She only knew a few words of Italian and as she pronounced them, the very effort gave a rosy tint to her cheeks. She was from Latvia. In her clear eyes, one could read a mute intense despair. I put my hand through the barbed wires and she seized my arm, just like a shipwrecked person would clutch at a floating board. The guard drew near, quite menacing. I got back to my car.

The remembrance of this woman haunted me. I succeeded in obtaining authorization to visit the camp. She was no longer there. The Commander told me she had run away. The other women told me she had gone away with a soldier. They would have married and, with him, she could have remained in Italy. He was from the Lipari Islands.

Shall we go together and look for her? Shall we together visualize her life in the little village near Stromboli, where the soldier took her? Very probably, you do not know the Lipari Islands: in fact very few Italians know them. They earned a sad fame during fascism, because it is there that the enemies of the Fascist Government were confined. There are seven volcanoes in the Tyrrhenian Sea, north of Sicily. One of them, the Stromboli, is continually active. At the foot of the volcano, in a bay, springs up the little village. A few white houses, all cracked by the earthquakes. The inhabitants make a living out of fishing and the little they can pluck up from the barren land.

I tried to imagine the life of the Latvian girl, so tall, so fair, in this island of fire and ashes, amidst the fishermen, small and swarthy, amongst the women with the glowing eyes, pale and deformed by childbirth, with no means to communicate with these people of Phoenician habits, who speak a rough dialect, all mixed up with Greek words, and with no means to communicate with him, with the man she got hold of at the camp of Farfa. Having looked into each other’s eyes, they had found out their souls. She, in these glowing, intelligent, swift eyes of his, had discovered a tormented, simple, strong, tender man.

She followed this man, being certain that she had found an uncommon creature, a savior, a refuge and a protection after so many years of anguish and beastly life, and she would have had the joy to remain in Italy, this mild and green land where both man and nature are to a human scale.

But instead she is stranded in this savage island, all shaken up by the vomiting volcano, and where the earth is so dark and the sea looks like mud saturated with sulphur. And the man lives beside her and loves her with a kind of savage fury, is just like an animal not knowing how to struggle for life and accepting placidly to live in deepest misery.

Even the God that the people worship seems different from hers. How could the austere Lutheran God she used to pray to, when a child in the frigid churches of her native country, possibly stand comparison with these numerous saints of various hues?

The woman tries to rebel and tear herself away from the obsession. But on all sides, the sea bars the way and there is no possible escape. Frantic with despair, unable to withstand it any longer, she yet entertains an ultimate hope of a miracle that will save her—not realizing that a profound change is already operating within herself.

Suddenly the woman understands the value of the eternal truth which rules human lives; she understands the mighty power of he who possesses nothing, this extraordinary strength which procures complete freedom. In reality she becomes another Saint Francis. An intense feeling of joy springs out from her heart, an immense joy of living.

I do not know if in this letter, I have been able to express the fullness of my meaning. I know it is difficult to give concrete meaning to ideas and sensations which can only receive life through imagination.

To relate, I must see: Cinema relates with the camera, but I am certain, I feel, that with you near me, I could give life to a human creature who, following hard and bitter experiences, finds peace at last and complete freedom from all selfishness. That being the only true happiness which has ever been conceded to mankind, making life more simple and nearer to creation.

Could you possibly come to Europe? I could invite you for a trip to Italy and we could go over this thing at leisure? Would you like me to go in for this film? When? What do you think of it? Excuse me for all these questions but I could go on questioning you forever.

Pray believe in my enthusiasm.

Yours, Roberto Rossellini

you could teach me to drive a car

Marlene Dietrich en 1935
i am a hopeless driver

I could talk politics to you

Marlene Dietrich en 1942

or maybe

just maybe

But I mean

I would never want

to impose

aything

on you

frail

nd wounded

personality

and give the prediliction

you declare to have

for loneliness

work

and

solitude

….

..

.

.

.

Tua Rachel

A celui-la et pas un autre

Aux Enfants Perdus de la Republique

“Bisogna essere duri senza perdere la tenerezza”

Il y a trois semaines mon ordi a commencé à se comporter bizarrement. Il se trouve que je suis tellement nulle en informatique que la différence entre quand mon ordi est hacké et quand il ne l’est pas n’est pas de qualité mais de quantité de la nuisance. Bon l’invasion était tellement évidente que je ne pouvais pas l’ignorer. Toutefois, ce qui m’a ennervée pour de vrai : lorsque je devais mettre la photo sous le texte de Fulvia, et que tu m’a obligée de mettre à la place du tableau de Narcisse de Caravage une scène d’amour. Là j’ai vraiment pensé mais Quel Connard. Genre le Roi des connards.

C’etait vraiment genre un truc de CRS, exercer une telle violence sur ma pensée, et une telle censure.

Et l’on laisse tomber les histoires de train pour paris pour voir Nadav.

Et pourtant j’ai les épaule pour te pardonner, car, à mon sens c’était un peu une petite épreuve pour étudier ma réaction. (Et la je vois que les interrogatoires avec la Police doivent bien avoir laissé quelque trace dans votre rapport au monde, et c’est sans doute pour cela que je te pardonne d’etre un connard des fois). Tu voulais voir jusqu’à quand je peux supporter, ou combien t’es capable de m’ennerver? T’aimes gagner facile mon petit. Oui je suis très ennervée contre toi. Royalement ennervée. Tellement ennervée que je casse de trucs dans ma chambre rien qu’ en te pensant.

Alors, de deux choses l’une. Soit je m’adresse à toi dans une langue qui n’est pas la mienne, est c’est juste un problème de communication, car je me dis des fois, si cet homme là tu l avais rencontré en Italie, et il parlait Italien, cela se trouve, les choses se seraient passés differemment. Il semble connaitre la banlieu, cela se voit qu’il n’est pas un petit bourge intello, mais pourquoi il utilise cette violence contre moi, je n’arrive pas à le comprendre , cela me depasse. Soit t’es completement stupide. mais genre stupide sans limite. J’opte alors pour la première option et je me dis que je sais pas parler à ton coeur car je suis étrangère. Tu peux pas savoir ce que c’est d etre étrangère dans ce pays car sinon la lettre de menace de LM ne sarait jamais partie.

Tu me dis pourquoi après tout ce que t’as subi tu passes pas à autre chose ?

J’ai honte de te le dire, mais c’est simple tu sais, c’est lorsqué j’ai aimé c’était sur le barricades, et ensuite j’ai meme essayer d’aimer ailleurs, genre dans le plateau de cinéma ou dans les planches de theatre, mais je suis une malade de revolution, et chez les bourges j’y arrive pas. C’est super comfortable, on m’aime, on me traite comme une princesse, meme comme une reine, mais le coer ne batte pas. C’est aussi simple que ça. Ma mère me disait souvant quand j’étais gosse, tu vois f., la tranquillité est importante mais la liberté est tout. Ou sinon une autre choses qu’elle me repetait, c’était, meme en prison tu tombera pas, si tu sais t’appartenir. Ils te violeront, le corps et l’esprit, mais tu saurais tenir. Et non, je ne sais pas tenir. Je suis pas ma mère. Je suis mon père, qui enseigne economie politique et que ne sais pas parler sans citer marx ou lenin. Et lui a toujours dit soit tes capables d avoir derrière toi toute la classe ouvrière et toute la classe paysanne soit t y vas pas t emparer du Palais d’Hiver. T y vas pas car tu sais que tu va mourir en essayant et cela en vaut pas a peinte, ma belle, car nous on a deux gosses à elever, et depuis la prison ça va etre compliqué tu sais. Du coup tu restes à la maison et les bombes cela serait pour la prochaine generation. Quand les conditions historiques sont les bonnes. C’est pas la notre point barre. Mais cette phare la c etait en 77, et l’Histoire lui a donné raison. Et lorsque l’Histoire donne raison à ton père et pas è ta mère, et ta mère cela fait vingt ans qu elle déprime car on a perdu, toi que t ecris en 2021, tu sais que 50 ans se sont écoulés putain. Et pourant dès que je sens une gav je deviens folle, je serais meme pas capable de tenir deux secondess dans une cellule. Mais genre meme pas deux seconde. c’est parque elle deja elle la connait la prison ,et l’odeur de la prison je le sentais quand elle sortait , que j’arrive pas à tenir ? je ne sais mais je sais ce que je suis capabla ou pas de supporter , et la prison non. Par contre l’émeute je veux y participer. Une putain de contradiction je t’assure. Et du coup j’y peux rien si on le sais que chez nous tomber amoureux c’est un peu faire la revolution, et que si ça brule partout, c’est car ça brule surtout dans ton coeur. Cela me fout la honte de te le dire, et tu vas pas me le faire repeter deux fois, sale connard, car je le sais que ton ego est flatté, mais bon si il y a deux ans je suis venue à toi, pour te signifier ça et ça, une erreur à gauche et un autre à droite, une bevue sur ça et sur çA, c’est car dans la folie mythomane qui est la mienne (j’assume) j’avais decidé que le prochain c’était toi. Pas tant J., pourtant fort formidable et magnifique, mais toi. Sur les raisons de ce choix, je developperai ailleurs. Mais la folie qui pousse une femme à choisir son homme par correspondence, cela est bien la mienne. A song says « take a walk on the wild side », A moi il faudrait chanter le contraire. « hEY BABE TAKE A WALK ON THE SAFE SIDE » . Je n’ai jamais su me proteger. Au contraire, s’il y avait à se jetter par la fenetre que cela soit pour casser un truc, ou sauver un pote en train de tomber, moi j’ai toujours sauté. J’ai meme pris de l’elan pour mieux sauter. J’ai fini par devenir la spécialiste de l’elan, car le plaisir était tellement   grand à se sauter en l’air qu’à un moment je me suis rendue compteque je ne vivais que pour cela. Que pour les secondes d’émeutes, où le temps se faufile entre les doigts, car le feu se multiplie vite et toi tu veux y etre à tous les coups. Et les soulevement du coeur c’est pareil, tu crois pas, c ‘est s’aimer tellement intensement, tellement follement, que tu déraisonnes, que la tete ça tourne, et les jambes çA tremble, et se perdre en l’autre est sublime, presque autant sublime que se perdre dans le désir de l’autre.

A. c’ètait ça. G. c’était ça. V .c’etait un peu moins çA au debut mais ensuite grave ça.

Comme quoi, on pense que l’un garçon est trop stupide pour toi, car quand meme toi c’est çA çA et çA , et toi quand meme t’es bien la fille de ton père, et que t as besoin de qqn capable de rèpondre du tac au tac sur tout, et tu le regarde delui et tu te dis celui la n’est pas capable, ensuite t’y couches avec, et tu le mate de plus pres, vachement près cette fois du coup, et tu realises, à ton grand damn, pas stupide du tout le mec.

Bah voilà comme quoi tous mes collègues de l’ENS sont un peu hors jeu par évidence quoi

J. je suis sure et certaine que cela pourrait etre ça.

Eh bon ensuite il y en a pas eu d’autres car est ce que c’est de ma faute si je n’arrive pas à aimer dans un contexte qui n’est pas immédiatement révolutionnaire, delié de la constellation insurrectionnelle qui peuple mes reves d’enfant ?

En plus, dans ma vie, tetue comme je suis, il ne m’est jamais arrivé de ne pas avoir un homme lorsque j’avais decidé que c’était le mien. Bah oui je suis une putain de gaté dans ce department la. Mais genre ce que j’ai compris après Ivan c’est que quand tu baises tu baises avec un homme pas un livre, quand tu aimes c’est dans les yeux de quelqu’un, et tu creves pour retrouver l’odeur de sa peau. Alors oui c’et humiliant pour moi continuer à te signifier de mot d’amour sans cesse, depuis deux ans, alors que vous, de votre coté, soit vous m’insultez, soit vous me menacez modus militaris, soit vous m’ignorez.

Et en plus, ce que j’arrive vraiment pas à capter, est pourquoi t’aimes tant entrer dans mon ordi, alors qu’il n’y a rien que je ne te montrerais pas moi meme, seulement après que tu demande la permission d’entrer? Quelqu’un comme ça, jeme repète, soit il est un voleur qui ne rend pas compte agit plutot comme un violeur de la privacy, ou justement, il le sais très bien, ce qu il est en train de faire, et alors petit salaud, t as juste besoin de quelqu’un que te me une claque.

Voila, par exemble, cela fait un moment que tu me demande de me voir nue. Sauf moi je suis pas comme J., si j’enlève mes vetement c’est dans la vie, pas sur Internet

Et après tu sais, tu ne cesse de me répèter que l’autre c’est mon frère,

imbècile, tu crois pas que je le sais

et tu crois pas

que si veux cela

c estaussi car

je ne couche plus avec mes frères,

car c’est incestueux

et ensuite eux il se suicident, ou il vont mal,

et alors

il faut pas bac+5 pour comprendre

qu’il faut une l alterité pour que çA marche

que Dieu merci on pense pas exactement pareil sur chaque détail

que ça clashe car t’es un merde

et il faut te recadrer

que çA danse

car le desir est et sera toujours là

Et il y a un autre envie que j ai

genre un caprice

tu vois mois genre

ce que je voudrai c est de donner un invitation

pour la maison de mon père,

qui est prof de lycée economique

et militant révolutionnaire,

mais un vrai, pas pour jeu tu sais,

et en plus, il est plus beau que le soleil

et cela fait longtemps qu il me traite comme une reine

car je suis sa fille

et ce que je voudrais

mais

vraiment

est de

te voir discuter politique avec lui

juste pour me marrer

et crever de rire pendant deux heures.

bah voila comme quoi c est pas sorcier

il faut juste pas continuer à se gourer d’heure,

se tromper de saison,

se planter de maison,

J’ai pas toute ma raison

mais sur ce coup là j’ai raison

Et alors on le sais que le problème

c est que je suis celle qui est belle

et que toi aussi tu creves un peu de dèsir

et alors tu me parle de besoin de solitude,

je fais ma vie

mais ta vie m appartient un peu aussi

vu que tu t es fait aucun souci à essayer de ruiner la mienne

il faudra juste comprendre

que chez les jeunes filles en fleurs

on y va pas avec une matraque

si on va pas faire carrière de flic

à la limite on frappe

à leur porte

avec une bouteille de vin,

ou juste un sourire

un petit sourire

car

si tu l as pas compris

a l age que t as

cest le sourire du coeur qui mène la danse de l amour

et combattre avec les armes de la guerre

les différends du lits

çA c’est mal lire Sun Tzu

et se prendre pour un combattant

alors

qu’on est juste un mauvaus joueur.

F.